22/05/2007

Bajo el puente

Nous avons étudié en el Rímac, « bajo el puente », c’est dans l’autre rive, en fait.

Notre école se trouvait en l’Alameda de los Descalzos, promenade reconstruite en 1770 par le Virrey Amat et Junient, qui profita pour construire le « Paseo de Aguas » (par amour dit-on de la Perricholi).

 

C’était facile de se rendre au Centre de Lima en marchant en sens inverse à celle de la chanson de la péruvienne Chabuca Granda, la Flor de la Canela, composé en honneur d’un beauté afro-péruvienne, que j’ai eu la chance de voir un jour puisque ma voisine du rez-de-chaussée était sa fille.

Ce jour-là, Chabuca dans une robe en soie verte est venu voir la « flor de la canela » et c’était la fiesta en bas.

 

Voici les paroles et une image du « Patio Sevillano » de « Nuestra Señora del Patrocino ».

 

La Flor de la Canela

 

Déjame que te cuente, limeño

Déjame que te diga la gloria

Del ensueño que evoca la memoria

Del viejo puente, del río y la alameda

Déjame que te cuente, limeño

Ahora que aún perdura el recuerdo

Ahora que aún se mece en su sueño

El viejo puente del río y la alameda

Jazmines en el pelo y rosas en la cara

Airosa caminaba la flor de la canela

Derramaba lisura y a su paso dejaba

Aromas de mixturas que en el pecho llevaba

Del puente a la alameda

Menudo pie la lleva

Por la vereda que se estremece

Al ritmo de sus caderas

Recogía la risa de la brisa del río

Al viento la lanzaba

Del puente a la alameda

Déjame que te cuente, limeño ÁAy!

Deja que te diga moreno mi sentimiento

A ver si así despiertas del sueño

Del sueño que entretiene, moreno,

Tu pensamiento

Aspiras de la lisura

Que da la flor de canela

Adornala con jazmines

Matizando tu hermosura

Alfombras de nuevo el puente

Y engalana la alameda

Que el río acompañara tus pasos por la vereda

 

Y recuerda que…

 

Jazmines en el pelo y rosas en la cara

Airosa caminaba la flor de la canela

Derramaba lisura y a su paso dejaba

Aromas de mixturas que en el pecho llevaba

Del puente a la alameda

Menudo pie la lleva

Por la vereda que se estremece

Al ritmo de sus caderas

Recogía la risa de la brisa del río

 

Y al viento la lanzaba del puente a la alameda

patio_sevillano

 

12:40 Écrit par Domisol dans Patrocinio | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/05/2007

There are places I remember

Que je me sentais très bien à l’école,

Je suis tombé dans une très bonne classe, des filles très solidaires, dynamiques.

 

Pas de différences majeures entre blondes, indiennes, noires,

Il y avait beaucoup des  premières générations de « limeñas »,

Des gens comme moi filles de « provincianos »,

Des filles des expatriés de l’Europe de l’Est et des italiens.

 

On avait passé très vite après la reforme de l’éducation de l’élégant uniforme blue marin avec chapeau, boléro et buttons en nacre fait par le « modisto » (tailleur pour dames) au très démocratique (aussi pour la taille) uniforme unique couleur rat.

 

Nous avons souffert « los programas adaptados », je crois qu’on a eu droit à la 2ème guerre mondiale trois années consécutives.

 

Mais comment nous nous amusions dans la cours de récré !!

 

Uno de mis mejores recuerdos del colegio era que jugábamos basket-ball con tanta pasión que a Tula Bulnes le salía humo de la cabeza.

 

Otro era atravesar la Alameda de los Descalzos temprano en la mañana cuando las magnolias estaban en flor cuando adquirí mi independencia e iba al colegio en bus y no en mobilidad (a los once años cuando entré en secundaria).

 

De qué se acuerdan ustedes ?

 

limalamedavistaPatrocinio

 

 

12:12 Écrit par Domisol dans Patrocinio | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/05/2007

Para no perderse / Pour se retrouver

Este blog está dedicado a mis amigos lejanos pero no ausentes, sin embargo será más fácil para mí escribirlo en francés, cuestión teclado y rapidez.  Pido de antemano disculpas.

 

Las fotos las explicaré en diferentes lenguas, según los asuntos implicados.

 

Ce blog est adressée à mes amis outre-atlantique principalement péruviens même s’il est écrit en français (avec fautes d’orthographe). En effet, avec la curiosité de grandes enfants ils me demandent souvent comment vit-on ici.  J’ai peur de décevoir, je me rends compte que je ne vit pas comme les gens d’ici ni comme le gens de là-bas, j’étais toujours même à Lima une étrangère dans l’âme. De là ma dévotion pour Arguedas peut être.

 

Voici ma première photo, mes amies de l’école « Nuestra Señora del Patrocinio » me l’ont envoyé quand je partais à l’hôpital. Mon mari a pris plus de trois minutes en deviner qui j’étais. Ma fille cadette n’a jamais trouvé. A l’époque ma fille aînée avait la même âge que le bébé.

promo2

 

12:29 Écrit par Domisol dans Patrocinio | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : patrocinio |  Facebook |